Juger, encore et encore... et si on arrêtait ?

Nous émettons continuellement des jugements :

- Dans nos relations aux autres : sans même nous en rendre compte, nous collons sur les autres des étiquettes pas toujours agréables : selon nous, "ils sont"  sympathiques ou pas, intéressants ou pas, intelligents ou pas, … Même si nous ne le souhaitons pas, ces "étiquettes"  subconscientes, vont conditionner nos relations aux autres.

- Et à l’intérieur de nous-mêmes : notre discours intérieur est très contaminé par ce fonctionnement : nous passons notre temps à nous censurer, nous faire des reproches, et bloquer notre créativité.

 

Pourquoi ?

 

Pourquoi cette habitude de pensée, dont nous savons très bien qu’elle est toxique ?

Notre cerveau rationnel (et notre Intuition) sait probablement que :

 

  • Nous sommes TOUS des Êtres de Lumière
  • Il y a une différence fondamentale entre constater que quelqu’un a un comportement violent, et le voir seulement comme quelqu’un de violent, donc perdre de vue qu’il a un vécu, une histoire qui explique ce comportement; en conséquence, il n’est pas uniquement violent (et puis, il est aussi un Être de Lumière, comme tout le monde).
  • Chaque élément du monde qui nous entoure représente, reflète, une partie de nous (voir Loi d’Attraction) : pas nécessairement une grande partie de nous, mais … une partie de nous quand même. De toute façon, nous sommes tous Reliés, non ? … alors ! :)
  • Si nous trouvons que quelqu’un est comme ceci ou comme cela, il ne s’agit que de projections : nous le voyons à travers NOS propres "lunettes".

Notre cerveau sait tout cela, mais ....

 

Notre cerveau émotionnel « n’en fait qu’à sa tête » !

… enfin, si on peut dire ;)

 

Pourquoi ???

 

1. D’abord, notre cerveau émotionnel a un besoin réel de juger, plus exactement de déterminer si nous sommes en danger. À partir de là, dans un désir louable d’agir le plus vite possible, il porte des jugements rapides, trop rapides : ce n’est plus tel comportement dans telles circonstances qui est considéré comme "dangereux", c’est Telle personne dans son ensemble.

 

2. D’autre part, nous sommes imprégnés de réflexes de jugement suite à des millions d’influences, nous réagissons donc par mimétisme : 

- depuis l’enfance, nous voyons nos parents et nos proches qui jugent les uns et les autres, … y compris eux-mêmes, et y compris nous-mêmes. Ils ne le font pas exprès; nous faisons tous ça, sauf de rares personnes particulièrement pleines d’Amour : peut-être quelques centaines sur toute la planète (?!).

 

- nous sommes imprégnés d’histoires où on juge les "méchants" : dans les actualités, il est beaucoup question de chercher des coupables pour les emprisonner; dans les films et romans policiers, il n’est question que de cela. Même dans Oui-oui, le gendarme punit le "méchant" qui a volé des bonbons.

Dans Guignol, c’est Guignol qui tape sur le gendarme; cette variante est originale, mais la structure est toujours la même : un "réputé gentil" tape sur un "réputé méchant", en étant "totalement dans son bon droit".

 

- beaucoup de religions terrorisent leurs ouailles avec l’idée d’un Jugement Dernier, où un "Bon" Dieu s’arroge le droit de torturer des êtres pour l’éternité, pour cause de "péchés" définis de façon très étrange et contradictoires. Alors si le "Bon" Dieu juge aussi facilement, de quel droit nous, "humbles petits humains", fonctionnerions autrement ?

 

3. Enfin, nous avons intériorisé la terreur d’être jugés : terreur faite d’un mélange de risques réels et de risques fantasmées; cette immense angoisse s’est constituée à travers notre propre expérience, mais aussi à travers l’Inconscient Collectif, expérience commune à toute l’humanité.

Et comme "la meilleure défense, c’est l’attaque" (croyance très répandue), nous jugeons avant d’être jugés, croyant que ça nous évitera de l’être… vaste illusion.

 

Alors, quelles solutions ?

- Oh la la… C’est si grave que cela ?

- Oh que oui… Quelques cycles d’EFT ne suffiront pas à nous débarrasser de cette habitude de juger, tant elle est incorporée à de multiples niveaux de nous-mêmes. Mais, petit à petit, cette habitude peut diminuer, ce qui nous libère et nous rend chaque fois plus humains et compréhensifs.

- mais si on ne juge plus les gens … on va laisser faire n’importe quoi, être complice de tous les crimes, être d’accord avec le dernier qui a parlé… C’est très dangereux, tout ça !

- Non. La clé, c’est la distinction entre le cerveau rationnel et le cerveau émotionnel. Juger les gens, c’est une stratégie du cerveau émotionnel, qui essaie à chaque instant de se protéger, en faisant comme il a vu faire chez les autres. Face à un problème, le cerveau rationnel, quand il est suffisamment libre pour réfléchir correctement, cherche des stratégies bien plus subtiles et efficaces que de crier : "moi je suis gentil(le), lui il est méchant, il faut le punir."

 

Alors, comment calmer le cerveau émotionnel ? ... avec des protocoles EFT bien sûr; mais il est certainement nécessaire de les répéter plusieurs fois, tellement nous sommes imprégnés de nos conditionnements. 

Voir l'article : Protocole EFT : Juger ? De moins en moins … !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Des phrases pour croire en ses Rêves, toujours, toujours :

 Suivre sa joie, c'est suivre un appareil de guidage interne. (Madeleine Lejeune)

 

"Quand naît en moi une pensée, je me demande si elle est dirigée vers la réussite ou vers l'échec. Dans ce dernier cas, je l'élimine directement, car

ma vie en dépend". (Martin Brofman)

 

S'inquiéter, c'est utiliser son imagination pour créer ce que l'on craint. (Véronique Baudoux).

 

Nous sommes bien PLUS que nous ne pensons être.

En conséquence, les "MIRACLES" seraient l'état NORMAL, si nous ne les bloquions pas avec nos croyances.

 

Il y a une force intérieure dans chaque être humain, qui une fois libérée, permet de transformer chaque rêve, vision et désir en réalité (Anthony Robbins)