Se justifier, encore et encore ...et si on arrêtait ?

Une phrase entendue, à propos d’un homme politique mis en accusation, à tort ou à raison : "Il ne peut plus continuer à être ministre, alors qu’il doit passer la moitié de son temps avec ses avocats".

 

Je ne parlerai pas ici des petits et gros profits que font certaines personnes au pouvoir; ce qui, pour moi, a fait tilt, est complètement différent : quel temps nous reste-t-il, à vous, à moi, entre les jugements qu’on porte sur les autres, et toutes les justifications de nos actes et de nos pensées ?

Et pourquoi tous ces jugements et ces justifications, si fréquents, si répétitifs au quotidien ?

 

Tout d’abord, quelle est la différence entre : "se justifier", et "démontrer quelque chose" ?

 

« Se justifier », et « démontrer ».

"Se justifier" : c’est d’une certaine manière, réagir à une accusation, c’est montrer qu’on a raison, qu’on n’a rien fait de mal, c’est tenter d’éviter qu’on vous fasse du mal "au nom de la loi, du bon droit, ..". C’est se défendre, travailler pour sa survie à soi, ou au moins pour plus de paix, de liberté pour soi : c’est évidemment indispensable en cas d’accusation réelle, mais dans quelle mesure cette accusation est indispensable ?

 

"Démontrer quelque chose", c’est chercher à prouver quelque chose, généralement dans l’intérêt de tous : la société entière a intérêt à ce qu’une loi physique soit exacte, qu’un théorème soit exact, qu’une méthode de psycho soit efficace et apporte beaucoup de bien à ceux qui l’utilisent. Et là, logiquement, tout le monde devrait s’unir dans la recherche de la vérité : on a le même but, être heureux, chercher ensemble est plus efficace que de se crier dessus avec des : "c’est moi qui ai trouvé ça !", "non, c’est moi !"; "non, c’est moi !"; et ainsi de suite.

 

Les « auto-justifications » au quotidien.

Il s’en produit continuellement.

  • Dans nos relations aux autres, proches ou moins proches : des petites menaces continuelles se produisent si souvent dans les discussions entre les gens, qu’on ne s’en rend même plus compte : la personne A cherche à s’emparer de ce que dit ou fait la personne B pour lui dire qu’elle a tort, avant même d’avoir compris quel est son but.

En conséquence, B passe tout son temps à une sorte de "passe d’armes" avec son "adversaire" … il serait plus utile qu’il explique davantage son point de vue, et que A et B ensemble cherchent à le préciser.

Et cette attitude atteint des sommets dans les critiques de livres, de films, et dans les débats politiques, dont sont nourris ceux qui écoutent souvent les médias.

 

................... "débat politique" musclé..................
................... "débat politique" musclé..................
  • Et à l’intérieur de nous-mêmes : notre discours intérieur est très contaminé par ce fonctionnement : nous passons notre temps à nous censurer, nous faire des reproches, et bloquer notre créativité.

 

Pourquoi tous ces combats inutiles, qui nous font perdre du temps, de l’énergie, de la joie de vivre ?

Parce qu’on est en grande partie coupé de notre  "Dieu Intérieur" : nous avons TOUS une VALEUR INFINIE, notre Intuition le sait bien, mais nous avons en nous des tonnes de :

  • dévalorisations de nous-mêmes
  • dévalorisations des autres
  • dévalorisations de la vie.

Alors, nous cherchons sans cesse à nous revaloriser, à nos yeux et à ceux des autres, en les dévalorisant au passage, ou en se laissant dévaloriser… c’est cela, nous "justifier".

 

Ooooh… pas rigolo tout ça. Un p’tit peu d’EFT pour se redonner le moral ?

Voir : Protocole EFT : se justifier ? De moins en moins… !   

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Des phrases pour croire en ses Rêves, toujours, toujours :

 Suivre sa joie, c'est suivre un appareil de guidage interne. (Madeleine Lejeune)

 

"Quand naît en moi une pensée, je me demande si elle est dirigée vers la réussite ou vers l'échec. Dans ce dernier cas, je l'élimine directement, car

ma vie en dépend". (Martin Brofman)

 

S'inquiéter, c'est utiliser son imagination pour créer ce que l'on craint. (Véronique Baudoux).

 

Nous sommes bien PLUS que nous ne pensons être.

En conséquence, les "MIRACLES" seraient l'état NORMAL, si nous ne les bloquions pas avec nos croyances.

 

Il y a une force intérieure dans chaque être humain, qui une fois libérée, permet de transformer chaque rêve, vision et désir en réalité (Anthony Robbins)