Protocole EFT : rester Zen face aux discours politiques

Je suis en train de lire béatement "Conseils du Cœur", un livre du Dalaï-lama … c’est beau, ce qu’il dit, je me sens pleine d’Amour pour l’humanité, je suis bien : ) . La fenêtre est ouverte sur le printemps qui s’éveille, j’entends le chant des oiseaux, et plus vaguement, le son d’une radio dans une autre pièce.

 

Soudain, elle annonce : "Voici maintenant une interview de "Gétoujour-Rézon", qui va nous parler de…". A l'énoncé de ce nom, mon nuage rose éclate aussitôt, et je me retrouve brutalement sur une terre très très dure, avec, dans le ventre, une tension bien réelle.

 

Gétoujour-Rézon, c’est un leader politique, (ou "une" leader, si vous voulez) : il va encore pester contre les uns et les autres, les immigrés, les jeunes et les chômeurs "qui ne veulent pas travailler", les homosexuels, la soit-disant décadence de la société, vomir de la haine, de la haine et encore de la haine…

Gétoujour-Rézon, vous vous en doutez, c’est une abréviation de quelque chose comme "J’ai toujours raison; les autres ont toujours tort, et ils devraient être fusillés sur l’heure".

Ce que je reproche à Gétoujour-Rézon, c’est sa haine, son intolérance, ses préjugés qui l’aveuglent au point de faire taire en lui tout sentiment humain.

 

Mais … et moi ? Quand je le déteste au point de ne même pas pouvoir l’entendre, je fais quoi ??? Pas mieux que lui, franchement, pas mieux.

 

Alors, ce protocole EFT va sans doute m’aider à démêler mes contradictions. Et comme je ne suis pas la seule à ne pas être pleine d’Amour vis-à-vis de TOUS les êtres… j’espère qu’il sera utile à d’autres personnes.

 

Je ne veux pas l’enten-en-en-dre !

Vous aussi, quelques (ir?-)responsables politiques vous fatiguent, dès que vous entendez leurs discours? Vous pensez à l'un(e) d'eux, et c'est parti !

 

Même si j’ai mal au ventre rien qu’à l’idée d’entendre cette personne, je m’aime et je m’accepte, malgré toutes ces parties de moi qui sont pleines de haine et de peur.

Même si j’ai mal au ventre rien que de penser à cette personne, j’envisage que quelque part en moi, il y ait un mélange de croyances, d’émotions, qui puisse être un tout petit peu, rien qu’un petit peu, remises en question.

  • ah non non non !
  • On est tous Reliés, d’accord, mais pas Reliés à elle, hein !
  • Ni à elle ni à tous ceux qui pensent comme elle !
  • Ils sont pourris, tous pourris, contagieux, berk !
  • Je ne veux pas avoir à faire à ces gens-là, moi, berk !
  • - heu, comment il fait, le Dalaï-lama, avec les dirigeants chinois ???
  • - ah oui, mais lui, c’est pas pareil, lui c’est le Dalaï-lama,
  • Moi c’est moi, je fais ce que je peux…
  • Je veux pas leur serrer la main, à ces gens-là,
  • c’est sale, ils puent, berk !
  • - A t'entendre, on dirait certains intégristes qui parlent des couples homo,
  • Ou encore, des membres de groupuscules racistes, qui parlent des Noirs.
  • Tu es sûre que c’est comme ça que tu veux vivre ?
  • - Non, oui, non... Mais moi c’est pas pareil, d’abord.
  • Môa, je suis Inspirée par l’Amour, voilà.
  • - l’Amour inconditionnel, tu es sûre ???…. ;)
  • ça n’y ressemble pas beaucoup, ce que tu dis…
  • - pfff….
  • Mmmoui, bon.
  •  Mais je suis pas le Dalaï-lama, moi…
  • J’ai le droit de détester qui je veux, moi, d’abord.
  • - bon, OK,
  • Mais tu ne peux pas dire que c’est au nom de l’Amour.
  • - Mmmmh, mmmouais, peut-être…
  • Il y a peut-être une contradiction quelque part…
  • Mais une petite, hein ?!
  • - Absolument, bien sûr, une toute petite…. ;)

Ne jamais prendre le Cerveau émotionnel à rebrousse-poil… ;)

 

  • Peut-être qu’ils reflètent une petite partie de toi …. ?
  • - Quoi ! Ces gens-là !
  • Ces gens-là reflèteraient une partie de moi ???!!!
  • ça va pas, non ???!!!

 

Hé oui, même si une grande partie de nous est imprégnée de la Loi d’Attraction, notre Cerveau émotionnel ne l’est pas en entier, certaines zones gardent des programmations bien antérieures à cette connaissance. Et elles sont tout aussi agissantes que les autres, elles sont à la bases de beaucoup de nos émotions et de nos actes. D’où l’intérêt de les déprogrammer au plus vite.

 

  • Ils ont quelque chose de commun avec moi, eux ?!
  • - on dirait bien : à commencer par le fait de dire "Ces gens-là",
  • à propos de certaines personnes…

 

Une croyance inconsciente : si je ne les déteste pas, je vais avoir les mêmes idées qu’eux.

Même si des parties de moi ont encore une haine fulgurante envers

certaines personnes, je peux peut-être commencer à imaginer que

cette haine disparaisse.

  • ça ne me fera pas adhérer à leur parti politique
  • Ça ne me fera pas adhérer à leurs idées
  • Leur haine ne me contaminera pas
  • Ma haine n’a pas les mêmes causes
  • (Mais c’est tout de même de la haine,
  • ce n’est pas mieux)
  • Ça ne me fera pas adhérer à leurs idées
  • Ça ne me fera pas haïr les gens qu’ils détestent
  • Tout cela n’a rien à voir.
  • Je ne vais pas "attraper" leur haine comme une maladie contagieuse
  • D’ailleurs, j’ai aussi une autre optique sur les maladies contagieuses.
  • Je n’ai pas envie "d’attraper" leur haine,
  • je ne l’ "attraperai" donc pas.

 

Si je n’ai plus de haine pour eux, je n’aurai pas leurs idées pour autant.

Même si je n’avais plus de haine pour ces personnes, leurs idées politiques ne se

parachuteraient pas dans mon cerveau, il n’y a pas de risque de tout ça…

  • il n’y a pas de risque, vraiment…
  • Si j’aime et j’écoute des femmes battues,
  • mon mari ne va pas se mettre à me battre pour autant.
  • Écouter des femmes battues
  • ne va pas me donner un inconscient de femme battue.
  • Si j’aime et j’écoute des jeunes qui se droguent,
  • Je ne vais pas courir me droguer,
  • Et mes enfants non plus.
  • Alors… si j’écoute des racistes et des homophobes,
  • leur inconscient et leurs croyances
  • ne vont pas me sauter dessus non plus !
  • Et je n'aurai pas un inconscient de raciste et d'homophobe
  • Waaa ! Eh bien ça, c’est intéressant !
  • C’est la bonne nouvelle de la journée !
  • Comment on se fait des idées, quand même, quelquefois …

Pourquoi toutes ces phrases, et tant de variantes sur le thème "si j’arrête

de détester certains leaders politiques, je ne vais pas forcément adhérer à

leur parti" ? Parce que : la croyance opposée étant réellement enfouie en moi,

je ressens qu’il ne suffit pas de la "déterrer", mais qu’il est nécessaire

d’ancrer définitivement la nouvelle idée. Le Cerveau émotionnel a tendance

à rejeter les idées qui lui semblent trop nouvelles; dans certains cas,

un tel ancrage me semble donc indispensable.

 

Point Karaté : Même si j'écoute ces personnes et que je tente sincèrement de

comprendre ce qu'elles expriment, je n'aurai pas un inconscient de

raciste et d'homophobe.

Il est donc imaginable que j'aie un jour de l'Amour pour TOUS les êtres,

quelles que soient les idées qu'ils défendent.

 

 

D’autres aspects...

D’autres aspects sont en jeu dans cette haine, ce début de protocole m’a permis d’en prendre conscience; avant, ils étaient enfouis sous un signal d’ "alerte rouge" qui me faisait me couper autant que je pouvais de tout ce qui ressemblait à ces idées.

 

 

En voici quelques-uns :

  • "si j’arrête de les détester, c’est une trahison envers ceux qu’ils haïssent". Cette croyance vient de la phrase "Celui qui n’est pas pour moi est contre moi", assénée à tour de rôle par tous les partis politiques extrémistes. Elle est une menace, un muselage de la réflexion, mais elle s’implante très bien dans les cerveaux émotionnels, à différents âges de la vie et dans différentes circonstances. Le Dalaï-Lama n’est pas "pour"  les dirigeants chinois, en tout cas, pas "pour"  leur politique; mais il n’est pas "contre"  eux, en tant que Êtres humains.

 

  • "si j’arrête de les détester, j’affaiblis ma motivation" (motivation pour quoi faire, au fait ? Pour continuer de détester ?) : ça aussi, c’est une croyance répandue, que la haine est un moteur, une force. C’est vrai en un sens, mais rien à voir avec la Force qui vient du Cœur.

 

Pourtant, ne plus avoir de haine pour les gens qui nous paraissent dangereux et destructeurs, nous permet de les écouter et les comprendreet cela, c’est important pour la paix dans le monde.

 

Quelques remarques avant de terminer cet article :

  • Le mot "haine" peut choquer, quand on essaie sincèrement d’être de plus en plus dans l’Amour Universel. Il signifie pour moi simplement "colère chronique", colère qui du signal d’alarme et d’action qu’elle était à l’origine, devient une habitude de pensée.

 

  • D’autre part : ce que je dis à propos du Dalaï-lama ne signifie pas que je lui voue un culte particulier; il est pour moi un exemple parmi d’autres (Gandhi, Mandela, Martin Luther King, etc. ) de l’attitude qui consiste à s’opposer sans haine, pour le bien de tous, y compris de celui qui aura été un adversaire.

 

Et en conclusion...

En conclusion, une histoire vraie que raconte le grand dirigeant tibétain : il demandait à un moine bouddhiste ce qui lui avait fait le plus peur, pendant ses longues années passées dans les prisons chinoises. Ce dernier répondit : "J’ai eu très peur, par moments, de ne plus ressentir d’Amour et de compassion pour les Chinois.".

 

… Respect total.

 

Il m’en reste du travail, à ce niveau, avant d’arriver à cela.

Et vous, comment faites-vous pour éliminer ce poison violent qu’est la colère chronique, qu’il faut bien appeler "haine" ?

 

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Floretta Levens (mardi, 24 janvier 2017 14:44)


    Your style is unique in comparison to other people I've read stuff from. Many thanks for posting when you have the opportunity, Guess I will just bookmark this site.

  • #2

    Vincenzo Pellegrino (mardi, 31 janvier 2017 17:03)


    This article offers clear idea in favor of the new visitors of blogging, that truly how to do blogging.

Des phrases pour croire en ses Rêves, toujours, toujours :

 Suivre sa joie, c'est suivre un appareil de guidage interne. (Madeleine Lejeune)

 

"Quand naît en moi une pensée, je me demande si elle est dirigée vers la réussite ou vers l'échec. Dans ce dernier cas, je l'élimine directement, car

ma vie en dépend". (Martin Brofman)

 

S'inquiéter, c'est utiliser son imagination pour créer ce que l'on craint. (Véronique Baudoux).

 

Nous sommes bien PLUS que nous ne pensons être.

En conséquence, les "MIRACLES" seraient l'état NORMAL, si nous ne les bloquions pas avec nos croyances.

 

Il y a une force intérieure dans chaque être humain, qui une fois libérée, permet de transformer chaque rêve, vision et désir en réalité (Anthony Robbins)