La pluie qui a rendu fou presque tout le village

Il était une fois ... un village lointain. Tous ses habitants étaient partis aux champs,à l'exception de deux vieux Sages, restés chez eux pour méditer.

 

Or, il se mit à pleuvoir, une petite pluie fine et tiède, qui semblait agréable.

Mais le soir, quand les villageois rentrèrent chez eux, tout leur parut étrange. Ils voulaient utiliser leurs armes pour cuisiner, leurs cuillers pour partir à la guerre, les femmes entre elles s'appelaient "monsieur", les enfants se prenaient pour des vieillards, tous criaient, chantaient, riaient ou pleuraient sans qu'on puisse comprendre pourquoi : cette pluie les avait tous rendus fous. Tous sauf ...

Tous sauf... les deux Sages restés chez eux.

 

Ils essayèrent de calmer cette foule en délire, de leur rappeler leurs noms, l'usage des objets, mais : peine perdue.

 

Et pire, les villageois se regardaient entre eux, se demandant qui étaient ces deux individus, et pourquoi ils n'agissaient pas comme eux : une seule explication, ils étaient fous.

 

Rendus furieux par le comportement de ces "dangereux contestataires", les habitants du village s'apprêtaient à les lyncher, quand...

les deux Sages purent s'enfuir, et rejoindre un village qui n'avait pas été touché par la pluie-qui-rend-fou.

 

Conclusion ?

Je ferai souvent allusion à cette histoire dans ce blog.
J'aime me la rappeler chaque fois que j'essaie de m'imprégner d'un point de vue hors-normes, mais logique, et conforme à mon expérience vécue. Dans ces cas-là, le cerveau émotionnel a beau hurler "Alerte rouge ! Tu penses des choses bizarres, pas comme tout le monde ! Arrête tout de suite ! ", la seule chose à faire est de le calmer un peu : si une vision du monde est aidante, cohérente avec notre expérience et avec la logique, elle est bonne à prendre, point, barre.
 
" L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit". (Gandhi).

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Des phrases pour croire en ses Rêves, toujours, toujours :

 Suivre sa joie, c'est suivre un appareil de guidage interne. (Madeleine Lejeune)

 

"Quand naît en moi une pensée, je me demande si elle est dirigée vers la réussite ou vers l'échec. Dans ce dernier cas, je l'élimine directement, car

ma vie en dépend". (Martin Brofman)

 

S'inquiéter, c'est utiliser son imagination pour créer ce que l'on craint. (Véronique Baudoux).

 

Nous sommes bien PLUS que nous ne pensons être.

En conséquence, les "MIRACLES" seraient l'état NORMAL, si nous ne les bloquions pas avec nos croyances.

 

Il y a une force intérieure dans chaque être humain, qui une fois libérée, permet de transformer chaque rêve, vision et désir en réalité (Anthony Robbins)