Ces émotions qui nous imprègnent

 

Tania parle du malaise qu’elle éprouve chaque fois qu’elle fait quelques dépenses.

Après quelques rondes d’EFT, elle découvre que dans sa famille, les questions d’argent suscitaient des « drames » : conflits, jeux de pouvoir, angoisses. Il ne s’agissait pas ici de croyances à proprement parler, plutôt d’une énergie, d’une sorte de champ magnétique, d’un ensemble d’émotions confuses liés au fait de dépenser de l’argent.

Habituellement, je cherche les « croyances » sous les comportements douloureux. Là, il n’y a pas de croyances en jeu. Si il semble y en avoir, il s’agit plutôt de rationalisations, qui tentent d’expliquer ce ressenti en fonction des circonstances du moment.

Ce témoignage m’amène à m’interroger sur les imprégnations émotionnelles que nous avons tous vécu, « pour le meilleur et pour le pire ».

Pour le meilleur...

Des travaux ont montré que les cycles de sommeil d’une mère et de son nourrisson coïncident, particulièrement quand elle l’allaite.

Cette simultanéité des cycles de sommeil contribue à établir entre eux une relation sereine : elle permet à la mère d’être plus reposée et détendue si son bébé la réveille; elle est rarement interrompue dans une période de sommeil profond, elle sera donc plus disponible et présente dans la journée. Ce n’est pas toujours aussi simple, mais … ça aide.

L’imprégnation qui est résulte est sereine, tranquille, elle crée des synapses roses.

Et tout cela se produit de façon totalement inconsciente.

 

Le bébé puis l’enfant s’imprègnent tout autant des émotions de leur entourage, en lien avec certaines circonstances. Il se développe en eux des associations du type : « tel événement implique telle émotion ».

 

Si ses premières explorations sont accueillies avec sérénité et respect, l’enfant associe le calme, la fierté, la joie, à ses apprentissages et à ses actes. Il s’autorise les erreurs, en sachant qu’elles sont nécessaires à ses découvertes.

Il développe donc une confiance en lui quasi-inébranlable.

 

D’autre part, si il voit autour de lui des adultes qui gèrent leurs difficultés avec calme, en réfléchissant ensemble, l’association : « Si quelque chose ne va pas, on cherche une solution » se crée toute seule. Pour lui, ce sera comme le dit la chanson « J’ai un problème ? Y a pas d’problème… ».

 

Et pour le pire...

Mais les parents sont … humains. (Si on a atteint l’état de Bouddha, on n’a pas d’enfants, on vit autrement !).

Ils sont humains, ça veut dire que dans certains domaines, ils « assurent », mais dans d’autres… nettement moins.

On va voir dans les deux articles suivants des réactions moins «Zen» :

aux premiers apprentissages d’un tout-petit,

et aux difficultés de la vie;

Et surtout, on réfléchira à l’imprégnation qui se crée chez leurs enfants.

 

Les imprégnations émotionnelles : une question de champs magnétiques ?

C’est « ma trouvaille » de la journée. OK, beaucoup l’ont sûrement trouvée avant moi, mais je ne sais pas qui…

En tout cas, pour moi, des choses s’éclaircissent, je mets ensemble quelques pièces du « puzzle ».

Jusque là, je l’ai dit, je recherchais du côté des croyances, donc du mental, des communications verbales.

Mais nous avons aussi un corps énergétique et émotionnel : il communique à sa manière, à travers des champs énergétiques, probablement ceux que le Reiki contribue à guérir, et aussi ceux qui créent les égrégores des groupes (exemple : l’inconscient familial, qu’on voit agir en psychogénéalogie).

 

Un exemple : Amélie a une phobie des serpents, sa fille de deux ans aussi; pourtant, elles n’ont jamais à faire à ces reptiles. Comment cette phobie s’est-elle transmise ? Ni par des paroles, ni par des évènements. Répéter en EFT « les serpents sont dangereux » a peu de chances de marcher pour la petite. « Cette peur, cette peur imprégnée en moi » me semble plus efficace.

 

Quand des rondes d’EFT ne changent rien à une croyance toxique, il est sûrement utile de prendre le problème sous l’angle de « champ magnétique » (ou encore de l’apprentissage par mimétisme : je développerai cette idée plus tard): cette croyance n’est sans doute qu’une rationalisation de l’émotion dont on est imprégné, et c’est sur cette émotion qu’il faut travailler.

  

Namasté.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Des phrases pour croire en ses Rêves, toujours, toujours :

 Suivre sa joie, c'est suivre un appareil de guidage interne. (Madeleine Lejeune)

 

"Quand naît en moi une pensée, je me demande si elle est dirigée vers la réussite ou vers l'échec. Dans ce dernier cas, je l'élimine directement, car

ma vie en dépend". (Martin Brofman)

 

S'inquiéter, c'est utiliser son imagination pour créer ce que l'on craint. (Véronique Baudoux).

 

Nous sommes bien PLUS que nous ne pensons être.

En conséquence, les "MIRACLES" seraient l'état NORMAL, si nous ne les bloquions pas avec nos croyances.

 

Il y a une force intérieure dans chaque être humain, qui une fois libérée, permet de transformer chaque rêve, vision et désir en réalité (Anthony Robbins)