Croyances, émotions, stratégies.

 

Les croyances engendrent des émotions, agréables, ou désagréables.

 

On cherche donc à retrouver souvent certaines émotions, et à en fuir d’autres. Pour cela, on élabore consciemment ou non, des stratégies. Mais, très souvent, on élabore ces stratégies quand on est tout petit… et on les garde toute sa vie.

 

Un exemple : une jolie petite fille s’aperçoit vite qu’il lui suffit de quelques mimiques attendrissantes pour « faire craquer » beaucoup d’adultes ; elle répète cela tant que « ça marche » ; à 5 ans, c’est très mignon et sans conséquence.

Si à 18, elle continue, ça marche encore ; mais ça ne crée pas des relations très saines : cette « femme-enfant » manipulatrice va attirer des hommes qui l’aiment pour son « charme », mais la quittent au moindre problème.

Enfin, bien plus tard, avec des rides en plus et des dents en moins, le sourire charmeur ne sera plus aussi efficace…

 

Le problème n’est pas d’avoir des stratégies, c’est que souvent, elles se figent, et se retournent contre nous.

 

En résumé : croyance => émotion => stratégie (pour répéter ou éviter une certaine émotion).

Mais on peut voir aussi une stratégie comme une croyance : « si je me comporte de telle manière, je serai plus heureux (se) ».

Si la stratégie est consciente, elle peut être testée : « est-ce que je suis vraiment plus heureux(se) quand je me comporte comme ça ? ».

Mais si la stratégie est inconsciente… les problèmes arrivent : la stratégie va se répéter, répéter, jusqu’à devenir un véritable automatisme, de moins en moins adapté aux situations du moment.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Des phrases pour croire en ses Rêves, toujours, toujours :

 Suivre sa joie, c'est suivre un appareil de guidage interne. (Madeleine Lejeune)

 

"Quand naît en moi une pensée, je me demande si elle est dirigée vers la réussite ou vers l'échec. Dans ce dernier cas, je l'élimine directement, car

ma vie en dépend". (Martin Brofman)

 

S'inquiéter, c'est utiliser son imagination pour créer ce que l'on craint. (Véronique Baudoux).

 

Nous sommes bien PLUS que nous ne pensons être.

En conséquence, les "MIRACLES" seraient l'état NORMAL, si nous ne les bloquions pas avec nos croyances.

 

Il y a une force intérieure dans chaque être humain, qui une fois libérée, permet de transformer chaque rêve, vision et désir en réalité (Anthony Robbins)